La franchise et l’entrepreneurship dans l’après COVID-19: Les défis à venir des franchiseurs

42

F. Georges Sayegh, D.S.C., Adm. A., FCMC du Québec et de l’Ontario, est expert-conseil en franchise et transfert de technologie et auteur de 18 livres sur les franchises et les commerces associés. Visitez sa page de consultant

Pour le rejoindre : gsayegh@gsayegh.com Tél.: (514) 216-8458.

Favoriser l’esprit d’entrepreneurship et le développement de petites et moyennes entreprises (« PME ») est un ingrédient clé dans toute stratégie de développement, que ce soit dans les pays développés ou dans les pays en voie de développement.

Les répercussions de la crise découlant de la Covid-19 dans le secteur des PME mettent davantage en évidence le rôle crucial des petites et moyennes entreprises dans la création et la préservation d’emploi.

L’auteur décrit ses constatations et pose un regard sur la situation actuelle et future ainsi que l’impact que subiront les PME, les institutions financières, les locateurs, les bailleurs d’espaces commerciaux, les fournisseurs, les clients, les franchisés et les franchiseurs et ce sans tenir compte de leur ordre d’importance. De plus, afin d’alléger le contenu du texte, l’auteur désire énumérer ses observations sans nécessairement élaborer en profondeur sur chacune d’entre elles, mais couvre tout de même les éléments qui se déroulent actuellement de même que ceux qui se réaliseront fort probablement dans le futur.

Vue d’ensemble (les faits)

  • un taux de décès de 4 952 lors de la rédaction de cet article en comparaison à 44 090 au cours de la deuxième guerre mondiale ;
  • une baisse du PIB de 6-9 % au cours des 3 à 9 prochains mois ;
  • augmentation du taux de chômage causé par la fermeture des commerces de même que par l’incertitude des consommateurs dans laquelle ils sont plongés dû à leur manque de confiance dans l’économie ;
  • augmentation du taux de fermeture de commerces traditionnels et ce peu importe leur taille (petits, moyens et grands) ;
  • diminution du taux d’intérêts de la banque centrale ainsi que des banques à chartes aidant ainsi tant les gouvernements que les commerçants à supporter le taux de la dette ;
  • augmentation du taux de locataires n’ayant pas payé leur loyer résidentiel ;
  • augmentation du taux de commerçants n’ayant pas payé leur loyer et qui ne sont pas éligibles à l’aide gouvernementale par défaut de s’entendre avec leur bailleur pour bénéficier de l’aide gouvernementale ;
  • augmentation du taux de délinquance de propriétaires de cartes de crédit, de locations de véhicules, de prêt à terme et d’hypothèque ;
  • l’ouverture prématurée des commerces pourrait renvoyer le pays en confinement.

À moyen terme

  • diminution des présences d’étudiants en classe ce qui aura pour effet de diminuer le nombre de chauffeurs d’autobus et de professeurs en classe entrainant ainsi une perte de consommation d’essence et de réparations d’autobus scolaires ;
  • diminution du taux de participation des personnes utilisant les services de transport par crainte de contamination soit dans les autobus, métros, taxis, trains, avions et autres ;
  • diminution du taux du tourisme, les voyageurs craignant la contamination de la Covid-19 par peur de l’avion et des bateaux de croisière ;
  • diminution du nombre de clients dans les magasins et les restaurants causée par le phénomène de la distanciation sociale ce qui poussera plusieurs commerces et restaurants à fermer leurs portes ;
  • diminution des évènements de groupes tels les évènements sportifs, festivals, concerts musicaux, conférences et congrès pour ne nommer que ceux-là, la population ayant peur d’être contaminée ;
  • diminution du taux d’emploi contrairement à la période d’avant Covid-19 qui présentait alors un besoin flagrant de main d’œuvre ;
  • augmentation du taux de naissance lequel atteindra un taux annuel de natalité jamais vu au cours des cinquante dernières années dans les pays industrialisés ;
  • augmentation du taux de divorce qui atteindra un taux annuel de divorce jamais vu au cours des cinquante dernières années ;
  • augmentation du taux de faillite qui dépassera les crises des années 1980, 1990 et 2007-2008 ;
  • augmentation des fraudes commises auprès des personnes ainées et autres personnes vulnérables, causée par des individus prétendant agir aux noms d’agences gouvernementales, de l’aide sociale, d’institutions financières et/ou de fournisseurs désirant leur livrer de la marchandise ;
  • augmentation du taux d’introduction par effraction dans les maisons secondaires causée par le manque de présence et de surveillance de la part de leurs propriétaires ;
  • augmentation du taux de vol de la part d’employés et de vols à l’étalage commis par les clients ce qui surpassera le taux moyen compilé au cours des années 80 jusqu’à ce jour ;
  • augmentation du taux de fraude de la part de commerçants mal intentionnés dans le but de bénéficier des divers programmes d’aides gouvernementales ;
  • augmentation des primes d’assurances couvrant les résidences principales, secondaires et les commerces ;
  • augmentation de l’utilisation du matériel informatique, accessoires et fournitures électroniques pour faire face à l’accroissement de la demande que ce soit au point de vue :
  • académique (primaire, secondaire, collégial et universitaire) 
  • consommateurs (qui doivent satisfaire leurs commandes et effectuer leurs transactions bancaires en ligne) ;
  • personnel (désirant effectuer du travail à distance (télétravail)) et
  • nouveaux entrepreneurs (désirant se lancer en affaires à distance) ;
  • augmentation du besoin d’utilisation d’internet que ce soit au niveau des achats effectués sur le web, l’éducation, etc. ce qui exigera des fournisseurs d’internet d’augmenter la capacité des services pour servir plus adéquatement les clients et leurs besoins ;
  • augmentation des ventes en ligne pour éviter de se promener dans les boutiques et se heurter aux clients ne respectant pas les directives de distanciation sociale ;
  • augmentation du taux de livraison à domicile de marchandises et de mets cuisinés ;
  • augmentation de fermeture de réseaux de moyenne envergure et de magasins phares (Anchors) qui affectera l’achalandage dans les centres commerciaux et qui aura comme impact la fermeture des petits magasins et des petites chaînes de franchises ;
  • augmentation de la pénurie de produits alimentaires par pénurie de main-d’œuvre venue de l’étranger afin d’effectuer la plantation et la récolte à bon marché ;
  • augmentation de produits pharmaceutiques hors officines tels vitamines et stimulant immunitaire ;
  • augmentation d’usage de produits sanitaires, désinfectants, masques, lunettes, visières et casquettes lesquels feront désormais partie de la pratique quotidienne ;
  • augmentation des recours collectifs de la part des employés contre leurs employeurs et des franchisés contre leurs franchiseurs pour ne pas avoir fourni les outils ou la formation nécessaires ;
  • augmentation du stress pour les professeurs afin d’adapter leurs cours en ligne selon les nouveaux besoins de la clientèle écolière ;
  • augmentation du taux d’obésité et de surconsommation de boissons alcoolisées causée par le confinement, par la solitude et les pertes d’emploi,
  • surconsommation d’électricité et du gaz causée par le confinement ;
  • augmentation des sites de rencontres et d’achats d’accessoires intimes en ligne ;
  • restructuration substantielle de la dette tant de la part des franchisés que des franchiseurs.

La norme

À l’entrée :

  • les clients se suivent à la queue leu leu avant d’entrée dans un établissement ;
  • l’admission d’un nombre limité de clients à l’intérieur des établissements ;
  • l’obligation pour chacun des clients de se munir d’un chariot de provisions qui aura été désinfecté par un commis à l’entrée pour s’assurer qu’il n’est pas porteur de bactéries ;
  • une station de lavage des mains pour limiter la contamination du virus mortel ;
  • une grande majorité d’établissements exige le port du masque et de gants, d’autres les fournissent ;
  • une grande majorité d’établissements interdisent les clients de toucher aux fruits, légumes et produits consommables avec leurs mains nues ;
  • des pictogrammes installés au plancher pour diriger la clientèle dans un sens unique dans les magasins ;
  • des pictogrammes installés dans les allées expliquant le non dépassement et la direction à maintenir ;
  • des cercles installés par terre pour s’assurer que les clients respectent la distanciation sociale.

Aux caisses :

  • des séparateurs de plexiglass devant chacune des caisses pour s’assurer qu’il n’y ait aucun contact physique entre le client et le caissier ;
  • les terminaux de paiements électroniques sont couverts de plastique et sont désinfectés souvent après usage par le client ;
  • le comptoir est désinfecté après usage du client.

Les opportunités

Services à domicile, notamment :

  • la création de services de surveillance pour personnes en cas de détresse (crise cardiaque, crise du diabète, convulsion, épilepsie) ;
  • des personnes rendant des services à domicile aux ainés puisque ceux-ci seront craintifs d’habiter dans des maisons pour personnes aînées ;
  • des services de coupe de cheveux à domicile, les salons ne pouvant accueillir qu’un nombre très limité de personnes à la fois ;
  • des services d’animation et d’éducation d’animaux domestiques à domicile ;
  • des services de garde à domicile pour animaux domestiques ;
  • des services de livraisons de nourriture d’animaux domestique à domicile ;
  • des cours de rattrapage et de formation à distance pour enfants ;
  • des cours conditionnement physique et mise en forme (sans équipement) à distance ;
  • des services de rénovation et restauration de résidences et de commerces ;
  • des services de montage et de préparation de cadeaux pour nouveau-nés et nouveaux mariés livrés à domicile ;
  • des services de vente et d’installation de panneaux solaires, génératrices en cas de panne électrique ;
  • des services d’apprentissage offerts aux entreprises ;
  • des services de formation et coaching sur mesure ;
  • des cours didactiques concernant le matériel numérique d’apprentissage, la production numérique de contenu, la gestion numérique de l’information ;
  • des cours d’apprentissage digital regroupant des séquences filmées en matière numérique ;
  • la création de nouvelles infrastructures par les municipalités afin d’assurer de nouveaux espaces verts au cœur des centres urbains ainsi qu’une augmentation de circulation plus fluide pour le transport en commun, les pistes cyclables, etc. requerront de nouveaux matériaux, accessoires et équipements ;
  • l’utilisation de masques, de gants, de lunettes, de visières, de casquettes, de produits antiseptiques et de produits désinfectants, qui seront nécessaires pour faire face à la forte demande de la vie quotidienne ;
  • la fabrication de pictogrammes et d’affiches qui seront utilisés à l’extérieur et à l’intérieur des institutions, organisations, centres commerciaux, supermarchés et commerces servant à assurer la distanciation sociale de deux mètres ou 6,56 pieds entre chaque client ;
  • la fabrication de chariots de provisions assurant que la distanciation sociale de chacun des clients soit respectée ;
  • l’expansion de services vidéo dans les salons funéraires pour fournir à la clientèle un service à distance plutôt que de participer en personne ;
  • l’apparition de nouvelles sociétés de technologies de l’information ou la fusions de celles-ci offrant aux franchiseurs de nouvelles méthodes au niveau de la gestion de la clientèle, des inventaires, de l’intelligence artificielle et autres ;
  • l’apparition de nouvelles sociétés de construction aidant les franchiseurs à réduire le coût de construction de nouveaux établissements ou d’adaptations de leur concept au contexte actuel ;
  • l’alliance stratégique de grandes sociétés telles que Apple et Google créant de nouvelles technologies de l’information offertes aux franchiseurs concernant des bases de données adaptées aux nouvelles réalités ;
  • l’apparition de nouvelles sociétés dans les services de formation et de coaching assurant aux franchiseurs une formation à distance de leurs franchisés ;
  • l’apparition de nouvelles sociétés assurant le nettoyage et la désinfection des véhicules de transports ;
  • la création de nouvelles sociétés assurant la livraison de marchandises et de mets à domicile ;
  • l’expansion d’achats et ventes en ligne d’équipements sportifs individuels ;
  • l’augmentation de sites de rencontres individuels et d’achats d’accessoires intimes en ligne ;
  • l’achat et la vente à bas prix de réseaux de franchise qui souffrent de liquidités pour subvenir aux temps difficiles.

Tous ces éléments et tant d’autres poussent et pousseront les franchiseurs et les commerces affiliés (accompagnés de leur franchisés, bailleurs, fournisseurs, conseillers en franchise, commercialisation, technologie de l’information ainsi que de juristes) à se pencher sur de nouvelles stratégies afin d’aider les commerçants et les réseaux de franchise à faire face aux nouveaux défis.

Les franchiseurs doivent s’adapter et passer à une vitesse supérieure assurant une position de valeur axée sur le franchisé. Le rôle des franchiseurs sera de conseiller et d’agir plutôt que d’utiliser les méthodes traditionnelles qu’ils ont connues depuis les 60 dernières années.

Cet évènement sismique créé par la crise de la COVID-19 a provoqué ce changement attendu depuis longtemps, tout le monde convient que trop de franchiseurs opéraient dans le passé à vendre et non octroyer des franchises en se concentrant à couvrir le plus vite possible leur territoire sans tenir compte de la valeur ajoutée à leur franchisé. La preuve est que cette crise démontrera que plusieurs franchiseurs et leurs réseaux de franchises disparaitront et seuls les franchiseurs qui désirent passer au travers seront ceux qui mettront l’accent sur :

  • la compréhension du marché en créant constamment des produits que les consommateurs recherchent, l’objectif étant, en bout de ligne, d’augmenter les recettes et les profits de leurs franchisés ;
  • la mise en marché d’un concept réussi en gardant à la page les nouvelles tendances et en proposant au consommateur des produits et services que ce dernier recherche ;
  • la création d’une valeur en offrant un concept qui évoque chez le consommateur une image attrayante, qui lui donne envie de faire ses achats à un de ses établissements, d’y manger ou d’y être servi. Il doit proposer aux clients de ses clients non seulement ce que le concept offre en termes de marchandise, de nourriture ou de service, mais également proposer l’expérience sociale (service accès sur le client) que recherchent ses derniers, en termes de médium ou autre. Ce faisant, il crée une plus-value qui assure la valeur de sa marque!
  • la construction autour de son concept un modèle économique permettant un meilleur retour sur l’investissement de son franchisé ;
  • l’étude et l’analyse de marché qui doivent être réalisées de manière détaillée de façon à mettre en lumière la sensibilité du marché et ses tendances en ce qui a trait à l’économie, à ses variables et à la spécificité de l’industrie que l’entreprise exploite ;
  • le test, l’affinage et l’exploitation avec succès ses produits et services afin d’assurer une façon constante de rentabilisation du franchisé ;
  • la capitalisation soutenuet suffisante de fonds propres de manière à soutenir des programmes de survie du réseau de franchise ;
  • l’approvisionnement constant de la marchandise normale etporter une attention particulière à la marchandise et à l’approvisionnement nécessaires assurant ainsi le bon fonctionnement des établissements du réseau. Le tout en s’assurant que les conditions d’approvisionnement procure un retour favorable aux franchisés ;
  • l’implantation de programmes de formation méthodique et bien planifié, ayant un bon rapport coût-bénéfice, doit être mis en place pour le personnel du franchiseur et des franchisés. Il faut intégrer une stratégie commune de manière à ce que cette formation ait lieu à la fois par télé-vidéos qu’au siège social du franchiseur tout en s’assurant la distanciation et le nombre réduit des franchisés à la fois.
  • l’assurance d’une équipe de gestionnaires chevronnés (ainsi que des consultants qualifiés) qui comprennent à la fois les particularités de l’industrie dans laquelle la société exerce ses activités et les aspects commerciaux de la franchise ;
  • l’assistance intensive et continue afin de fournir au franchisé une aide complète afin que le franchisé reçoive l’appui dont il a besoin au cours de cette période critique de cette situation exceptionnelle qui va être la norme au cours des prochaines années.

En conclusion, plusieurs concepts devront diagnostiquer et réévaluer leur modèle d’affaires tout en identifiant les opportunités et les menaces qui assureront leur survie ou la disparition de leur réseau. Seuls ceux qui mettront l’accès sur les modèles de partenariat serré entre franchisés, bailleurs, fournisseurs, clients et franchiseurs passeront à travers cette période difficile.